Nous Joindre

  • : Amicale retraités CGT 77
  • :
  • Contact

Recherche

23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 16:25

Après le vote de l’Assemblée, la bataille continue !

Loi NOTRe : la fuite en avant continue !

Avec ce texte, le gouvernement continue de mettre en œuvre sa politique d’austérité, en dépit de sa complète inefficacité économique.
Au prétexte du bon usage de l’argent public, la loi NOTRe persiste dans la voie de la concentration des pouvoirs et des moyens financiers au niveau des échelons intercommunaux et régionaux.

En parfaite cohérence avec le Pacte dit de responsabilité, ce texte a pour objectif de réduire les dépenses publiques, et ainsi de baisser le niveau de la participation des entreprises et du capital au financement de notre modèle social, de nos services publics, de notre système de protection sociale.

En supprimant la clause générale de compétence pour les départements et les régions, en achevant la carte intercommunale de manière autoritaire, et en confirmant la création du Grand Paris au 1er janvier 2016, ce texte continue d’affaiblir la démocratie de proximité au profit de superstructures technocratiques. Se poursuit ainsi le dessein si cher aux sociaux-libéraux et à leurs commanditaires patronaux, visant la construction d’une Europe fédérale, structurée en fonction des impératifs de la guerre économique mondialisée.

Les fonctionnaires et agents territoriaux se trouvent une fois encore réduits au rang de variable d’ajustement budgétaire, percutés dans leur vie professionnelle et familiale par les fusions de collectivités, les transferts de services et réorganisations administratives, les risques de mobilités contraintes sans concertation ni négociation.

La Fédération CGT des Services publics rejette cette conception de l’organisation territoriale qui porte atteinte aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, et aux principes de la République décentralisée : proximité, libre administration, autonomie financière, solidarité, cohérence nationale, égalité de traitement.

D’autres choix sont possibles pour l’emploi, les salaires et le service public, notamment si l’on mobilise ne serait-ce qu’une partie des 230 milliards d’aides publiques et d’exonérations fiscales et sociales dont bénéficie le patronat chaque année.

La Fédération CGT des Services publics appelle l’ensemble des personnels des collectivités locales à la vigilance et à la mobilisation.

Face à la pression capitaliste une autre conception de la société est nécessaire. Elle s’obtiendra par le débat populaire, la résistance à l’oppression financière et la convergence des luttes progressistes politiques, syndicales et citoyennes.

Quand on se bat et que l’on construit ensemble on va beaucoup mieux !

ENSEMBLE NOUS EXIGEONS :

  • L’abrogation de la loi de métropolisation qui impactera inévitablement l’organisation démocratique de la république ;
  • Le maintien et le développement du service et de l’emploi public, pour la satisfaction des besoins des usagers.
  • Un financement pérenne et solidaire des collectivités locales et de leurs services publics.
  • Pour le respect des agents et du Statut de la Fonction publique garant d’une administration neutre, impartiale et égalitaire, et protecteur des droits fondamentaux du citoyen.
  • Le maintien et le développement des droits et garanties collectifs et individuels des personnels territoriaux.
Partager cet article
Repost0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 11:34
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 16:03

La Fédération CGT des Services publics dénonce avec force la conception ultra libérale de la métropole de grand Paris, la politique d’austérité et le déni de démocratie qui accompagne sa mise en œuvre.

Plus globalement, la Fédération dénonce la désorganisation de la République décentralisée au profit des forces du capital, programmée par les lois MAPTAM et NOTRe.

Face au mépris affiché du gouvernement envers les principes fondateurs de la décentralisation : proximité, libre administration des collectivités territoriales, égalité des citoyens et des territoires, solidarité et cohésion sociale,

Face au mépris à l’égard des personnels territoriaux réduit au rang de variable d’ajustement budgétaire, percutés dans leur vie professionnelle et familiale par les fusions de collectivités, les transferts de services et réorganisations administratives, les mobilités contraintes sans concertation ni négociation,

La Fédération appelle l’ensemble de ses syndicats et l’ensemble des personnels des collectivités locales à la vigilance et à la mobilisation contre le projet de loi NOTRe et contre le projet de métropole autoritaire du grand Paris qui ne répondent pas aux exigences de progrès social et humain que portent la CGT.

La Fédération soutient le principe d’une ouverture au débat citoyen du projet de réforme territoriale en général et du projet de métropole de Grand Paris,
Pour la défense et le développement des services publics de proximité sous maitrise publique.
Pour la garantie d’un financement solidaire et pérenne des collectivités locales et en particulier des communes et des territoires de la MGP.
Pour la défense et le développement des emplois publics.
Pour le respect des agents et du Statut de la Fonction publique garant d’une administration neutre impartiale et égalitaire et protecteur des droits fondamentaux du citoyen.
Pour le maintien et le développement des droits des personnels, le progrès des conditions de travail et de la démocratie sociale.

Face à la pression capitaliste une autre conception de la société s’impose, elle s’obtiendra par le débat populaire, la résistance à l’oppression financière et la convergence des luttes progressistes politiques, syndicales et citoyennes.

Paris le 9 juillet

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 20:48

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:30

Le peuple grec s’est exprimé avec clarté et fermeté : à plus de 61 % des voix, les électeurs ont rejeté les demandes de la Troïka.
Ceci est d’abord un refus de l’austérité imposée au peuple grec depuis plus de cinq ans. Ce sont les travailleurs, les plus pauvres et les plus faibles qui font les frais de politiques inspirées par l’idéologie néo-libérale.

Mais, il ne faut pas prendre ce vote pour ce qu’il n’est pas : le référendum ne portait ni sur l’appartenance à la zone euro, ni sur l’Union Européenne. Cette question n’était pas posée aux électeurs.

Les Grecs se sont exprimés en faveur d’une Europe plus solidaire, plus sociale, plus humaine, et surtout, plus démocratique. Ils ne conçoivent pas que leur destin soit dicté par des administrations qui composent la Troïka : la BCE, le FMI et la Commission Européenne, sans légitimité démocratique, et qui imposent même au parlement national des décisions.
Surtout, ils ne conçoivent pas que ce soient les travailleurs, retraités, et le peuple tout entier qui paient pour les folies d’un système financier déréglé et toujours plus avide. Quel triomphe pour la souveraineté d’un peuple après une campagne mensongère et méprisante dont les médias se sont fait largement l’écho !

Le programme que la Troïka tentait d’imposer à la Grèce contenait une nouvelle réforme des retraites, insistait sur une réforme du marché du travail, maintenait la casse du système de négociation collective, pesait sur l’emploi dans les services publics et augmentait la TVA pour tous, sans pour autant peser de la même manière sur l’impôt sur les sociétés.

Pourtant, plus personne n’ignore que la dette grecque n’est plus soutenable et que le pays ne sera jamais en mesure de la rembourser.

La proposition du gouvernement grec refusée par la Troïka, visait par contre à une plus juste répartition des richesses dans le but d’œuvrer à une véritable justice sociale, à l’égalité des droits, à la transparence politique et fiscale, bref : à la démocratie.

L’augmentation du salaire minimum, le rétablissement du treizième mois de pension de retraites, le renforcement des services publics, le développement de politiques en termes de logement et d’éducation font parties des mesures urgentes dont a besoin le peuple grec.

Ce vote des Grecs donne de l’espoir aux citoyens d’Europe qui sont sous le joug des programmes d’austérité et qui veulent s’en sortir. Les travailleurs de l’Europe toute entière peuvent désormais affirmer : oui, il y a une alternative !

Pour la CGT, la réponse à ce référendum doit être la concrétisation de cette alternative : une Union Européenne sociale, juste, solidaire et qui protège les plus faibles et prend en charge les plus pauvres. Une Union Européenne qui promeut les droits des travailleurs, l’emploi et un travail de qualité.
L’amélioration de la situation économique passera forcément par l’amélioration de la situation des populations et le rétablissement de leur pouvoir d’achat.

Il s’agit maintenant de rester vigilant pour que l’expression démocratique du peuple grec soit respectée et mise en œuvre. Ceci concerne tous les Européens désormais.

Montreuil, le 7 juillet 2015

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 16:32
anniversaire

Le 1er juillet, ceux qui œuvrent aux services publics ont célébré le « triste » anniversaire du gel du point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires de quelques 5 millions d’agents, et qui n’a pas évolué depuis cinq ans...

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:23
Les Unions régionales CGT - FO - FSU et Solidaires appellent à participer à la manifestation de soutien au peuple grec et au respect de sa souveraineté le jeudi 2 juillet à 18h30.
La Grèce est aujourd'hui dans une situation catastrophique, parce qu'elle a été un des laboratoires de l'application des politiques d'austérité imposées par le FMI, la Commission Européenne et la Banque centrale.
Vendredi dernier, ces mêmes institutions sont restées intransigeantes dans les négociations : application des politiques néolibérales ou rien. Le gouvernement grec ayant décidé de soumettre le projet d'accord au vote,
l'Eurogroupe a réagi immédiatement en coupant les vivres le 30 juin, qualifiant le référendum grec de " coup de force " et en excluant le ministre grec des finances de la réunion !
Les masques sont tombés. Les dirigeants européens sont prêts à tout, y compris au mépris de l'expression populaire, pour empêcher la mise en place d'autres politiques que celle de l'austérité.
Les forces syndicales qui mènent la lutte contre l'instauration de politiques libérales qui remettent en cause les droits sociaux, détricotent les droits du travail et privilégient la finance au détriment des salarié-es et des privé-es d'emploi, ne peuvent rester passives.
Déjà le 9 avril, lors de la manifestation unitaire CGT- FO-FSU-Solidaires, nous avions installé un calicot géant " d'Athènes à Paris, dans toute l'Europe, non aux politiques d'austérité "
Manifester notre soutien au peuple grec qui s'est clairement prononcé le 25 janvier dernier pour refuser l'étranglement des politiques d'austérité, c'est refuser un nouveau déni de démocratie en Europe après ceux rejetant le vote contre le projet de traité constitutionnel européen en France en Irlande et aux Pays Bas.
Mais c'est aussi vital pour le mouvement syndical qui se bat pour couper le cou aux matraquages idéologi-ques, sans fondements, laissant entendre qu'il n'y a pas d'autres choix possibles, en France comme partout en Europe.
Respect des choix démocratiques des peuples et refus des politiques d'austérité sont deux mots d'ordre que portent les unions régionales d'Ile de France, CGT -FO - FSU- Solidaires. Elles appellent à participer massivement à cette manifestation.
Paris, le 29 juin 2015
Rendez vous le 2 juillet à 18h30 à la Bastille
Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:20

Nous exigeons un BILAN.

15 juin 2015 – Communiqué de la Fédération CGT des Services publics

Avec son collectif Animation, la Fédération CGT des Services publics souhaite exprimer sa colère quant à la situation professionnelle des animateurs qui ne cesse de se dégrader.

Depuis la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, la précarisation des agents concernés ne cesse de croître.

Taux d’emploi revus à la baisse, normes d’encadrement des enfants augmentées, recours à la vacation pour des agents qui ne sont ni saisonniers ni occasionnels, qui répondent pourtant à des besoins permanents sans faire l’objet de postes permanents…
Corvéables à merci et donc difficilement mobilisables puisque sous la pression des menaces de non-reconduction de leur contrat…
Des agents qui remplissent des missions de catégorie B auxquels on refuse l’accès à cette catégorie bien qu’ils assument des fonctions de direction, encadrent des équipes, supportent des responsabilités importantes quant à la règlementation des accueils de mineurs (ACM)…
Dégradation de leurs conditions de travail, manque de clarté de leurs missions au sein de l’école, fatigue des enfants, accroissement des inégalités entre communes, la liste est longue.

Au regard de cette situation alarmante, les animateurs exigent un bilan des deux années écoulées suite à l’application de la réforme des nouveaux rythmes scolaires. Ils souhaitent une énième fois tirer la sonnette d’alarme sur la mission des animateurs qui est au cœur des enjeux sociétaux portant sur la transmission des valeurs, du « vivre ensemble ».

Les événements dramatiques de janvier 2015 ont malheureusement mis au grand jour le déficit éducatif dont souffre notre société.

Pour les animateurs, l’éducation populaire est l’une des pistes d’action qui doit être conduite collégialement par le triptyque Education Nationale – Famille – Animateurs. C’est ainsi que nous lutterons contre les replis, quels qu’ils soient, la peur de l’autre, l’intolérance et la xénophobie. C’est également ainsi que nous répondrons aux défis portant sur la laïcité et la refondation de l’école.

Les animateurs veulent se faire entendre et demandent à la ministre de l’Education Nationale de suspendre les décrets d’application de la réforme des rythmes scolaires. C’est dans le cadre d’une lettre ouverte que les animateurs lui adresseront prochainement une copie des 3 250 signatures de la pétition réalisée pour l’occasion et solliciteront également une rencontre.

Pour que soient engagés de véritables États généraux de l’animation et de l’éducation populaire !

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:47
Rassemblement Torcy
Partager cet article
Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 17:27

Pour la reconquête et le développement des Services Publics

Les services publics sont plus que jamais utiles. La protection sociale joue un rôle majeur d’amortisseur social dans la crise qui nous frappe. Des services publics forts sont indispensables à toute alternative à l’austérité et à tout projet d’avenir, si on veut :
Assurer l’accès effectif aux droits, la mise en œuvre des solidarités, une juste répartition des richesses ;
Faire prévaloir l’intérêt général, l’égalité des femmes et des hommes et l’Humain sur les intérêts particuliers ;
Mettre en œuvre, à l’opposé de l’actuelle réforme territoriale, un aménagement équilibré du territoire, l’égalité des citoyen-ne-s, un renouveau de la démocratie ;
défendre, reconquérir, développer la Sécurité Sociale ;
Engager sérieusement la transition écologique.

Or, le gouvernement poursuit la politique de baisse de la dépense publique menée par ses
prédécesseurs. Il considère les services publics (l'utilisation de notre argent, impôts, taxes....), nationaux et locaux, ainsi que les droits sociaux comme une charge insupportable. Plutôt que de s’attaquer, pour les financer, à la fraude, à l’évasion fiscale et à la charge indue de la dette, aux profits exubérants des multinationales, des banques, et de procéder à une véritable réforme fiscale, promise mais jamais réalisée, il procède à leur démantèlement en les privatisant et en rognant sans cesse sur leur qualité et leur proximité.

Aujourd’hui, nous, citoyen-ne-s, élu-e-s, salarié-e-s, usagers-ères, organisations syndicales, associatives et politiques, collectifs et coordinations, appelons à organiser la reconquête des politiques publiques, des services publics et de la sécurité sociale, à renforcer la résistance sociale dans les différents territoires et à la faire converger.

En mars 2005, après une action symbolique de démission collective des élus une manifestation nationale convergeait à Guéret (Creuse) pour des services publics de proximité, qui assurent l’unité et l’égalité de tous nos territoires. 10 ans après, il est nécessaire de multiplier par 10 l’ampleur de notre action commune.

TOUTES ET TOUS A GUERET LE 13 JUIN 2015
POUR UNE MANIFESTATION NATIONALE
!

LE 14 JUIN 2015 POUR LE LANCEMENT D’ASSISES NATIONALES
ET D’UN NOUVEAU MANIFESTE DU XXIème SIECL
E

Partager cet article
Repost0

Pour Le 18

Pages

Catégories